Historique voie verte n°7

 

La voie verte V7 – Roscoff – Concarneau

 

A l’origine : le réseau ferré breton

 

En 1879, l’Etat impose la construction de nouvelles lignes de train afin qu’aucune habitation ne se trouve à plus d’une demi journée à vélo d’une gare. Il y avait une volonté de désenclaver la Bretagne, la Compagnie de l’Ouest décide alors de construire et d’exploiter 5 lignes disposées en étoile autour de Carhaix : le 5 mars 1886 le réseau breton est né.

 

La ligne Morlaix-Carhaix, longue de 49 km est achevée le 28 septembre 1891. La voie ferrée a été construite selon le système métrique, c’est-à-dire que l’écartement entre deux rails est de 1 mètre contre 1.435 pour des lignes ferroviaires classiques. Cela permettait de réduire les coûts de matériel mais en contrepartie la vitesse était limitée.

 

Malgré les périodes fastes pour le transport des voyageurs et des marchandises entre les deux guerres et dans les années 50, le système métrique ne permettait pas le passage de train à grande vitesse et était concurrencée dès le début des années 60 par la route. L’activité a commencé à décliner d’une manière irréversible et s’est arrêtée en 1967.

 

Le schéma vélo départemental

 

Le Conseil départemental du Finistère s’engage depuis 2002 à développer la pratique du vélo notamment par la réalisation de grands itinéraires intégrés dans les schémas régional, national et européen.

 

En 2016, le Département du Finistère a adopté son 3ème schéma vélo et a réaffirmé sa volonté de poursuivre l’aménagement des grands itinéraires de loisir et de valoriser les aménagements existants en améliorant la qualité et la sécurité des itinéraires : sécurisation des traversées de carrefours, jalonnement et rabattement depuis et vers les bourgs, mise en accessibilité, développement de services aux usagers en partenariat avec les collectivités locales.

 

Aménagée progressivement depuis 2002 et finalisée en 2016, la voie verte V7 Roscoff – Concarneau  est le 1er itinéraire intégralement aménagé du schéma régional des véloroutes et voies vertes de Bretagne et présente l’intérêt d’offrir sur 147 km une variété de paysages et de découvrir la richesse du patrimoine finistérien en empruntant en grande partie des voies vertes (94 km) ainsi que des sections en voies partagées sur des routes faiblement circulées. Elle traverse le département du Morbihan sur les communes de Guiscriff et Gourin, pour rejoindre à nouveau le Finistère à Scaër.

 

 

 

LES VELOROUTES ET VOIES VERTES DE BRETAGNE

 

COMPLEMENT :

Découverte de la V7….(source Comité Régional du Tourisme de Bretagne)

Roscoff-Morlaix… Au départ du vieux port de Roscoff, cette première étape de la V7 vous propose de rejoindre Morlaix ! Passé la Petite Cité de Caractère de Saint-Pol-de-Léon et après un court passage sur l’estran, cap sur la cité portuaire de Morlaix et son immense viaduc et ses ruelles médiévales s’étageant de part et d’autre des deux rivières.

Morlaix / Scrignac … Une fois passées les hauteurs de la cité médiévale de Morlaix, la véloroute La Vélodyssée vous emmène désormais sur la voie verte, ancienne voie ferrée, très boisée. Presque seuls au monde, vous pourrez néanmoins y croiser roulottes ou cavaliers. Puis les forêts laissent la place aux landes caractéristiques des Monts d’Arrée.

Scrignac / Carhaix-Plouguer…Balade à vélo très nature en immersion totale dans la verdure finistérienne. Vous déroulez la voie verte en toute sérénité, ponctuée de quelques hameaux et anciennes gares qui rappellent la voie ferrée d’origine. A quelques kilomètres du circuit La Vélodyssée, Huelgoat, son lac et sa forêt de chaos rocheux valent largement la peine d’affronter une montée prononcée.

Carhaix-Plouguer / Gourin… Au départ de Carhaix, direction Port de Carhaix par une voie verte pour explorer la confluence entre le Blavet et l’Hyères. Cet itinéraire uniquement en site propre et très sauvage permet la découverte d’un environnement sylvestre préservé. Il vous mène à Gourin, « capitale des Montagnes Noires », où fin juillet, est célébrée la crêpe traditionnelle bretonne.

Gourin / Rosporden… De Gourin, le parcours s’égrène dans un environnement verdoyant. L’ancienne gare de Guiscriff propose une halte randonnée séduisante : café, exposition et aire naturelle de camping. La forêt domaniale de Coatloc’h donne tout à coup un tour plus enchanteur à la voie verte. À mesure qu’on approche de Rosporden, l’activité agricole se fait de plus en plus présente.

Rosporden / Concarneau… Après Rosporden, cet itinéraire aménagé sur une ancienne voie ferrée dessert directement le centre-ville de Concarneau. Le parcours offre de belles fenêtres sur la campagne environnante et sur la baie de Concarneau. Une jolie voie verte aménagée au cœur d’un parc urbain permet de terminer ce parcours en douceur, et d’atteindre le port et la ville close de Concarneau.